La Transfiguration, un avant-goût du Ciel

Publié le 06 août 2020

Pour la Communauté des Béatitudes, la Transfiguration du Seigneur est solennité*… C’est en effet ce mystère de la vie du Christ qui résume sa règle de vie et sa spiritualité, et pour cette raison, elle a été élue comme sa fête principale.

La Transfiguration : intuition fondatrice

« La première Règle de Vie de la Communauté fut en effet reçue par son fondateur, Éphraïm, dans une sorte de vision. Voici comment il la décrit : « […] La première impression qui, au sens premier du terme, s’imprima dans mon cœur, fut lumineuse : le Mont Thabor au moment de la Transfiguration. Telle la promesse qui est l’exigence de la Communauté : être transfiguré avec Lui en partageant avec Lui sa Passion. Ici le calvaire et ses trois croix se surimprimaient aux trois personnages debout dans la vision thaborique. Lion victorieux et consolateur de la tribu de Juda et Agneau Immolé et affligé par les péchés des hommes.
J’identifiais les trois personnages en même temps que leur signification dans la vision qui m’était communiquée. Au centre, le Christ dans la gloire de la Résurrection, à la fois aveuglant de lumière et transparent à l’amour du Père qui le traverse et se déverse sur les hommes. Il représentait la vocation centrale et première de la Communauté : la prière, le dialogue incessant avec la Trinité, au cœur de la Trinité. Prier, c’est entrer tout vivant dans la mort et simultanément recevoir même insensiblement la puissance de la Résurrection.

De part et d’autre de Jésus, enveloppés de la lumière divine, se tenaient Élie et Moïse. Le premier portait sur lui le mot pauvreté et le second, obéissance. Nous savons que Moïse accomplit toute chose par pure obéissance, le plus souvent à son corps défendant. Élie représente l’anaw, le pauvre dans l’Esprit, l’homme dépossédé de lui-même pour être, même si le terme n’est pas théologiquement exact, possédé par l’Esprit de Dieu. […]

La vision se transforma : les trois personnages devinrent eux-mêmes transparents et semblables à trois arbres. Ces trois arbres se divisaient en trois branches maîtresses qui elles-mêmes se divisaient de nouveau en trois. La division paraissait infinie, je n’en ai retenu que les principales qui portaient toutes un nom semblant correspondre à un point de Règle de Vie, à une orientation » ». Livre de Vie de la Communauté des Béatitudes

« Le Mont Thabor au moment de la Transfiguration. Telle la promesse qui est l’exigence de la Communauté : être transfiguré avec Lui en partageant avec Lui sa Passion. »

Ainsi la Règle de vie de la Communauté des Béatitudes s’articule autour des trois personnages de la Transfiguration, trois croix ou arbres avec chacun leurs 9 ramifications déclinant ainsi 27 points d’attention pour la vie de ses membres.

Fixer le visage rayonnant du Christ transfiguré

En 1996, la Communauté se sentit encouragée dans cette méditation active du mystère de la Transfiguration, lorsque le saint Pape Jean-Paul II  axa son Exhortation post-synodale sur la vie consacrée, Vita consecrata, sur la méditation de ce même mystère.

Il y écrivait au paragraphe 14 : « Dans l’Évangile, nombreux sont les gestes et les paroles du Christ qui éclairent le sens de cette vocation spéciale [la vie consacrée]. Toutefois, pour en saisir les traits essentiels dans une vision d’ensemble, il est particulièrement utile de fixer le regard sur le visage rayonnant du Christ dans le mystère de la Transfiguration. C’est à cette « icône » que se réfère toute une tradition spirituelle ancienne, qui relie la vie contemplative à la prière de Jésus « sur la montagne ». […] La Transfiguration n’est pas seulement une révélation de la gloire du Christ, mais une préparation à accepter sa Croix. Elle suppose une « ascension de la montagne » et une « descente de la montagne » : les disciples qui ont joui de l’intimité du Maître, un moment enveloppés par la splendeur de la vie trinitaire et par la communion des saints, sont comme emportés dans l’éternité. Puis ils sont soudain ramenés à la réalité quotidienne; ils ne voient plus que « Jésus seul » dans l’humilité de la nature humaine et ils sont invités à retourner dans la vallée, pour partager ses efforts dans la réalisation du dessein de Dieu et pour prendre avec courage le chemin de la Croix. »

Un mystère à célébrer, à méditer et à vivre !

En cette année 2020, les frères et sœurs de notre maison de Blagnac vivent la fête de la Transfiguration bien autrement que les années passées… En effet, durant le printemps, ils ont mené à bien un gros chantier : après avoir changer l’orientation de l’église sous la direction du Père Augustin, ils ont nommé notre Sr Marie-Anastasia** maître d’oeuvre pour peindre la Transfiguration sur les trois arcades vierges du chœur…

Donnons la parole à Sœur Marie-Anastasia…:
« Ce chantier imprévu a été mis en route à cause ou grâce au confinement qui m’a empêchée de repartir en mission à Hong-Kong. La Transfiguration a été choisie pour nous redonner à méditer ce mystère qui retrace notre spiritualité développée dans notre Livre de vie, et résumée à travers le schéma des trois arbres/croix/personnages de la transfiguration.
Après avoir reçu les conseils d’iconographes, j’ai invité Sr Marie du désert et Fr. Benoit (tous les deux iconographes) à me rejoindre sur les échafaudages. Nous avons travaillé coude à coude ces derniers mois.

Chaque arcade représente un des personnages de la transfiguration. A chacun a été attribué un arbre qui lui est associé et qui est là aussi pour nous rappeler notre programme de vie…

Le Christ conduit notre vie de prière. Au Christ est attribuée la Vigne, dont nous sommes les sarments, symbole de l’arbre de vie, et arbre mystique qui porte du fruit douze fois par an.
Elie nous accompagne dans notre vécu de la pauvreté. A Elie est associé le genêt, l’arbre sous lequel, découragé, il a trouvé refuge et a été consolé pour se remettre en route à la rencontre du Seigneur.
A la droite de Jésus se trouve Moïse avec l’olivier qui représente le peuple d’Israël. Moïse est pour nous l’arbre de l’Obéissance. L’olivier est le symbole de la paix, et pour nous, l’exercice de la vie fraternelle dans l’estime mutuelle, l’écoute et l’obéissance. L’Olivier est aussi symbole de l’éternité. Un rameau jaillit d’une crevasse sombre qui symbolise la vie jaillie de la mort.
Ne cherchez pas les disciples… car nous sommes les disciples… chacun de nous chaque fois que nous nous approchons du Christ. Nous comme personne et comme communauté, avec nos désirs, nos questions stupides, notre contemplation et notre cheminement lent et laborieux comme ceux des disciples… »

Que nous puissions tous grandir dans notre vocation baptismale qui est de « voir Dieu » et demeurer en Lui dans la lumière, dès ici-bas et pour l’éternité !

Pour méditer

« Certainement, Pierre, il est vraiment bon d’être ici avec Jésus, et d’y être pour toujours. Qu’y a-t-il de plus heureux, qu’y a-t-il de plus sublime, qu’y a-t-il de plus noble que d’être avec Dieu, que d’être transfiguré en Dieu dans la lumière ? Certes, chacun de nous possédant Dieu dans son cœur, et transfiguré à l’image de Dieu, doit dire avec joie : Il nous est bon d’être ici, où tout est lumineux, où il y a joie, plaisir et allégresse, où tout, dans notre cœur, est paisible, calme et imperturbable, où l’on voit Dieu : là il fait sa demeure avec le Père et il dit, en y arrivant : Aujourd’hui le salut est arrivé pour cette maison. Là tous les trésors des biens éternels sont présents et accumulés. Là sont présentées comme dans un miroir les prémices et les images de toute l’éternité à venir. »

Homélie d’Anastase du Sinaï

*Toute communauté catholique peut élire une mémoire ou une fête pour en faire sa fête principale qui est alors dressée comme solennité.

**Sœur Marie-Anastasia Carré, sœur de la Communauté des Béatitudes, diplômée du baccalauréat de théologie, est Artiste-peintre et professeur d’Arts Plastiques. Outre les techniques de l’acrylique et de l’aquarelle, elle pratique aussi celles de la fresque et de la peinture murale, réalise des peintures en direct et anime des retraites Art et prière. Elle a créé l’association Art for God. Retrouvez-la sur sa page facebook.

 

Sœur Laetitia du Cœur de Jésus

Auteur : Sœur Laetitia du Cœur de Jésus

Entrée à la Communauté des Béatitudes en 1998, sœur Laetitia est actuellement à la maison générale, à Blagnac, au service du secrétariat général et de la communication de la grande Communauté.

Articles qui peuvent vous intéresser

Du « foot for Jesus »

Certaines activités d’accueil ont pu reprendre dès le début de l’été dans notre Communauté de Nouan-le-Fuzelier. Parmi elles, une retraite toute particulière : allier la pratique du

Congrès Mission : guérir, bâtir et annoncer !

La 6ème édition du Congrès Mission aura bien lieu ! En effet, malgré les mesures « sanitaires », le Congrès est maintenu même s’il sera un peu réduit. Nous vous donnons donc rendez-vous

Du tennis à la rencontre de Dieu

Tandis qu’approchent les Internationaux de France de tennis de Roland Garros (du 27 septembre au 11 octobre), Frère Pierre de la Communauté des Béatitudes plusieurs fois sélectionné pour le

Articles les plus lus

Les soirées Pétales de roses des Béatitudes en 2020

Les soirées Pétales de roses ! De quoi s’agit-il ? Tout le monde connaît la date du 1er octobre ! Non ? C’est le jour où toute l’Eglise fête sainte

À propos du film « Les éblouis »

Le 20 novembre, est sorti en salle le film Les éblouis, premier long-métrage de la comédienne Sarah Suco en tant que réalisatrice. Un film racontant l’histoire tragique d’une famille victime

Quatre nouveaux prêtres pour le Seigneur !

Nos frères Andreas, Pierre-Marie, Daniel-Maria et Jean ont été ordonnés prêtres le 13 juillet 2019 par Mgr Le Gall, Archevêque de Toulouse, à Lourdes dans la Basilique du Rosaire. Nous

We were unable to confirm your registration.
Your registration is confirmed.

“Votre don sera reçu par la Fondation pour le Clergé, en faveur de la Communauté des Béatitudes et les données recueillies sur le formulaire de don serviront aux communications de la Communauté des Béatitudes et de la Fondation pour le Clergé.”