Vie d’Oraison : Croix et vie de prière (n°30)

Publié le 02 juin 2021

Vie d'oraison : Croix et vie de prière

Le signe de la croix nous introduit dans la vie chrétienne (premier rite du Baptême), il ouvre chacune de nos prières liturgiques (et probablement personnelles). Mais qu’en est-il du rapport entre la Croix et notre vie de prière ? 

Passage par la Croix

« Il n’est pas d’autre chemin de la prière chrétienne que le Christ […] » (CEC n°2664).

Notre prière rejoint le Père par la prière du Christ : « Par lui, avec lui et en lui, à toi, Dieu le Père […] » La prière par excellence du Christ, c’est l’offrande de sa vie sur la Croix : « La prière de Jésus comporte une adhésion aimante à la volonté du Père jusqu’à la Croix, et une absolue confiance d’être exaucée » (CEC n°2620). Par la Croix du Christ, notre prière n’est plus celle d’esclaves devant leur maître mais celle de fils devant leur Père. Par la Croix du Christ, le Père accueille nos prières comme le père de la parabole accueille le fils prodigue en l’embrassant.

Nous pourrions parfois penser : puisque nous sommes rachetés, puisque nous sommes fils, notre prière ne doit plus être tournée vers la Croix mais vers la Résurrection ! Illusion… car la Croix et la Résurrection sont inséparables. À chaque eucharistie, nous célébrons la Passion et la Résurrection du Christ. Notre prière aussi doit prendre Sa Croix et suivre la prière du Christ, lui qui est le Chemin, afin de parvenir jusqu’au Cœur du Père (cf. Mt 16, 24). C’est cette participation à la Croix du Christ qui donne fécondité à notre vie de prière. Participation active, comme, par exemple, lorsque nous jeûnons ou veillons la nuit pour « appuyer » notre prière ; ou participation passive, quand la Croix vient « toucher » nos vies. 

 

Citation

« Celui qui agit pour le Royaume fait beaucoup.
Celui qui prie pour le Royaume fait davantage.
Celui qui souffre pour le Royaume fait tout. » 
Cardinal Tomasek

 

La Croix féconde notre prière

Notre prière monte vers le Père par « l’ascenseur » de la Croix du Christ ; mais, plus encore, notre prière trouve toute sa fécondité quand nous la vivons « dans » la Croix du Christ. Lorsque la croix « embrasse » notre chair ou notre âme, c’est le Christ qui vient prier en nous et qui féconde notre prière. 

La prière de demande.
Le bon larron unit sa passion à celle du Christ et sa demande apparemment insensée au seuil de sa mort est instantanément exaucée : « Aujourd’hui avec moi tu seras en Paradis ». L’autre malfaiteur vit sa passion dans la révolte, tourné vers lui-même, et meurt seul dans sa souffrance (cf. Lc 23, 39-43). 

La prière d’intercession.
Saint Silouane nous dit :
« Prier pour les hommes, c’est donner le sang de son cœur ». Dit-il cela en contemplant le Cœur ouvert du Christ sur la Croix ?
Dès que sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus s’offre en victime à l’Amour miséricordieux (juin 1895), son corps et son âme se trouvent unis à la Passion du Christ (avril 1896). Assise à la table des pécheurs, elle s’offre avec le Christ pour eux et peut passer son Ciel à faire du bien sur la terre, intercédant pour nous auprès du Père. 

La prière de louange.
Par exemple la louange des trois jeunes gens dans la fournaise (cf. Dn 3, 23-25) ; ou celle de la béatitude des persécutés pour la justice qui se réjouissent et tressaillent d’allégresse (cf. Mt 5,10-12). C’est après avoir reçu les stigmates, alors qu’il porte en sa chair la Passion du Christ et qu’il est presque aveugle que saint François écrit le Cantique des créatures : «Loué sois-tu mon Seigneur… »

La prière d’adoration.
Lorsque la Croix « touche » notre adoration, c’est l’instant où le vase se brise pour que le parfum se répande et emplisse toute la maison (cf. Mc 14, 3 ; Jn 12, 3 ; Ps 50, 19). Au pied de la Croix, saint Jean est dans la douleur et l’incompréhension devant le mystère de la Passion mais il se tient dans l’adoration et contemple le Cœur du Christ à jamais ouvert pour nous, pour que nous y établissions notre demeure. Et le Cœur de Marie est ouvert par le glaive afin que tout ce que ce cœur a gardé, médité et adoré du mystère du Christ soit livré à ceux qui se tiennent avec elle au pied de la Croix. Lorsque sainte Teresa de Calcutta entend le « J’ai soif ! » du Christ dans le « J’ai soif ! » d’un pauvre, la croix envahit son âme et son adoration passe inlassablement du Christ en Croix dans le Saint Sacrement au Christ en Croix dans le pauvre.

Chez elle tout particulièrement « la Croix est le lieu où prier et se donner ne font qu’un » (CEC n°2605). S’occupant des mourants, elle est une nouvelle Marie « répandant ce parfum sur mon corps en vue de mon ensevelissement » (cf. Mt 26,12). Allant vers les pauvres de Calcutta, elle vivait ce que le saint Curé d’Ars avait dit : « C’est la Croix qui te porte, ce n’est pas toi qui la portes » ; la Croix du Christ qui la porte vers le pauvre. 

Accueillir la Croix

Mais, lorsque la Croix du Christ vient nous toucher, l’accueillons-nous dans l’adoration humble et confiante, ou bien durcissons-nous notre cœur pour nous protéger ? Si nous l’accueillons, nous pouvons commencer à comprendre la parole de saint Louis-Marie Grignion de Montfort : « Pas de Croix, quelle croix ! » ; ou celle de Lanza del Vasto dans la prière autour du feu : « L’amour, c’est la joie de souffrir ». Car nous accueillons la fécondité – douloureuse comme tout enfantement – qu’apporte la Croix à notre prière, à notre adoration. Si nous unissons nos petites croix du quotidien ou les grandes épreuves de notre vie à la Croix du Christ, alors « ce n’est plus moi qui prie, c’est le Christ qui prie en moi » pour paraphraser saint Paul en Ga 2, 19-20.

Ma prière est alors enfermée dans le Cœur du Christ, Cœur à jamais ouvert dans la Jérusalem céleste depuis l’Ascension, et mon adoration participe de l’éternelle adoration qui circule au sein de la Trinité Sainte. Mais alors, je ne le sais pas puisque la Croix du Christ m’établit dans la nuit : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Mt 27, 46). Et comme le Christ à Gethsémani, comme Thérèse de Lisieux ou Mère Teresa, je n’ai plus que la foi pour avancer, l’abandon amoureux à la volonté du Père : « Cependant, non pas ma volonté mais la tienne » (Mt 26, 39). 

Quant à savoir si notre sècheresse lors des temps d’adoration est signe de notre participation à la Croix du Christ ou liée à nos fatigues, notre paresse ou notre manque de zèle, c’est bien sûr aux fruits qu’on le mesure. Notre participation à la Croix insuffle en nous des fruits d’humilité, de douceur, de bonté, de paix et de joie profonde au cœur même des tempêtes extérieures. 

Enfin, n’oublions pas que chaque fois que l’Église invoque la bénédiction de Dieu sur notre monde, elle accompagne sa prière du signe de la Croix : « Au Nom du Père, du Fils, et du Saint-Esprit». Par la Croix notre prière rencontre la bénédiction de Dieu.

 

 

Pour aller plus loin…

Rien que pour aujourd’hui :

  • Au début de mon oraison, je me laisse visiter par une des sept paroles du Christ en Croix et la laisse orienter ma prière. Après mon oraison, je cherche ce que cette parole a « ouvert » en mon cœur, en quoi elle a fécondé ma prière. 
    • « Mon Dieu, mon Dieu… » Mt 27, 46 
    • « Père, pardonne-leur… » Lc 23, 34 
    • « Ce soir même, avec moi… » Lc 23, 43 
    • « Voici ta mère… » Jn 19, 26-27 
    • « J’ai soif. » Jn 19, 28 
    • « Tout est accompli. » Jn 19, 30 
    • « Père, entre tes mains… » Lc 23, 46 

Livres :

 

Retrouvez les articles précédents de notre série « Vie d’oraison ».
(publication éditée par des frères et sœurs de la Communauté des Béatitudes – ©droits réservés).

*Le Livre de Vie de la Communauté est le texte fondateur de la spiritualité de la Communauté. Vous pouvez le télécharger ici ou le commander aux Editions des Béatitudes.

Auteur : Oraison

Ces articles sur la vie d'oraison sont extraits du bulletin mensuel "Il est là !" publié à l'usage des membres de la Communauté des Béatitudes et de leurs amis. Il est rédigé par un collectif de laïcs, prêtres, frères et sœurs consacrés, membres de la Communauté, avec le désir de stimuler la vie de prière, essentielle à la vocation aux Béatitudes comme à toute vie chrétienne authentique... C'est pourquoi nous sommes heureux de vous partager ces contenus simples.

Articles qui peuvent vous intéresser

Fr. Jean-Paul, médecin des corps et bientôt… des âmes !

Le samedi 26 juin, Fr. Jean-Paul du Christ Rédempteur sera ordonné prêtre au Gabon, son pays d’origine. C’est la neuvième ordination sacerdotale à la Communauté des Béatitudes depui

Projet de loi bioéthique en discussion finale au Sénat

Le 9 juin, l’Assemblée nationale votait le projet de loi bioéthique en 3ème lecture. Ne tenant aucun compte des modifications apportées par le Sénat en 1ère et 2ème lecture, la

Léonie & Claudio : un couple engagé en Communauté !

En cette fin d’année, comme toujours à cette période, beaucoup de frères et sœurs de la Communauté font un engagement en son sein. Nous avons eu à cœur de vous

Articles les plus lus

Les soirées Pétales de roses des Béatitudes en 2020

Les soirées Pétales de roses ! De quoi s’agit-il ? Tout le monde connaît la date du 1er octobre ! Non ? C’est le jour où toute l’Eglise fête sainte

Quatre nouveaux prêtres pour le Seigneur !

Nos frères Andreas, Pierre-Marie, Daniel-Maria et Jean ont été ordonnés prêtres le 13 juillet 2019 par Mgr Le Gall, Archevêque de Toulouse, à Lourdes dans la Basilique du Rosaire. Nous

La Semaine Sainte en direct avec la Communauté des Béatitudes

Chers amis, Voici le programme des liturgies que nous vous proposons de vivre en direct avec la Communauté durant la Semaine Sainte. Toutes ces liturgies sont en direct sur notre

We were unable to confirm your registration.
Your registration is confirmed.

“Votre don sera reçu par la Fondation pour le Clergé, en faveur de la Communauté des Béatitudes et les données recueillies sur le formulaire de don serviront aux communications de la Communauté des Béatitudes et de la Fondation pour le Clergé.”