Vie d’Oraison : Oraison ou adoration ? (n°33)

Publié le 01 septembre 2021

À l’occasion d’enseignements sur la prière, on pose souvent cette question : quelle différence y a-t-il entre l’oraison et l’adoration ?

Deux réalités distinctes

Ce sont deux réalités distinctes, mais qui peuvent aussi coïncider à certains moments. L’oraison est quelque chose de plus large. Elle est, pour reprendre la fameuse expression de Thérèse d’Avila, ce « commerce d’amitié où on s’entretient souvent et intimement avec Celui dont nous savons qu’il nous aime ». Elle est cette forme de prière, personnelle, silencieuse, dans laquelle on exprime et approfondit la relation intime avec Dieu. La pratique de l’oraison peut se faire dans les lieux les plus divers. Même si elle est bien sûr facilitée par ceux qui permettent silence et recueillement. Elle comporte des actes ou des attitudes intérieures très variées : épanchement du cœur devant Dieu, supplique, action de grâce, écoute, méditation, contemplation, etc.

L’adoration, quant à elle, est une des dispositions humaines les plus fondamentales dans la relation à Dieu, que ce soit dans l’oraison silencieuse ou dans d’autres formes de prière personnelle ou communautaire. Au point de départ, c’est un geste : celui de la génuflexion, de la prosternation, en signe de respect et de soumission. « Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous, adorons le Seigneur qui nous a faits. Oui, il est notre Dieu ; nous sommes le peuple qu’il conduit, le troupeau guidé par sa main », dit le Psaume 95.

Dans son sens religieux, l’adoration ne peut s’adresser qu’à Dieu, le Dieu unique et vivant, comme l’Écriture tout entière le proclame avec force. « Dieu seul tu adoreras ! » Malheur à l’homme qui adore autre chose que Dieu, il finira par trouver la mort et la ruine. Heureux au contraire celui qui sait s’agenouiller devant Dieu, il sera capable de tenir debout devant les hommes et de faire face à toutes les tempêtes de la vie.  

Ce geste de l’adoration doit bien entendu exprimer une attitude intérieure, déjà présente dans l’Ancien Testament, et qui sera évoquée par Jésus dans le dialogue avec la Samaritaine comme une grâce des temps nouveaux, un don de l’Esprit : « L’heure vient – et c’est maintenant – où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père. Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, c’est en esprit et vérité qu’ils doivent l’adorer » (Jn 4, 24).

L’adoration est l’attitude de l’homme qui perçoit sa fragilité et sa petitesse et en même temps l’immensité et la grandeur infinie de Dieu. C’est une attitude paradoxale, faite à la fois de bonheur et de crainte. L’homme est comme confondu, réduit à néant par la perception de la grandeur divine, mais simultanément il est tout heureux de se trouver face à quelque chose qui le dépasse infiniment et dont la beauté et la majesté le fascinent. Il trouve une joie profonde d’avoir quelque chose à admirer et à aimer qui dépasse tout entendement et surpasse toute beauté. Quelque chose qui lui est donné gratuitement et qui est bien plus vaste et splendide que l’œuvre de ses mains. 

Les gestes d’adoration

Le geste premier de l’adoration, c’est la prosternation, mais il y a aussi d’autres gestes pour l’exprimer, comme la louange des lèvres, qui doit exprimer celle qui habite le cœur. Il est intéressant de remarquer que, pour l’Écriture, les « lèvres pures » sont celles qui invoquent et louent le Seigneur, tandis que sont impures celles qui s’adressent aux idoles. 

Plus l’adoration est profonde, plus les mots se simplifient, deviennent un bref « Louange à Toi » ou « Mon Seigneur et mon Dieu », ou un simple acquiescement : « Amen ! » « En fait, adorer, c’est consentir. C’est laisser Dieu être Dieu » dit le père Cantalamessa.

Parmi les actes d’adoration, un autre geste des lèvres est le baiser, quand il exprime la vénération pour quelque chose ou quelqu’un. On retrouve le sens étymologique du mot adorer dans les langues latines : ad orare, du latin os (bouche) qui signifie proprement porter à la bouche, baiser. Il est touchant de remarquer ceci : adorer, c’est se tenir humblement devant une majesté qui nous dépasse infiniment, mais dont nous pouvons cependant nous approcher, qui se laisse rencontrer, que nous pouvons non seulement vénérer mais aussi aimer et qui peut de plus devenir pour nous une nourriture. Le baiser exprime le désir de se nourrir de l’autre. Adorer, c’est se nourrir de Dieu.

On peut mettre la main sur la bouche pour envoyer un baiser, mais également pour inviter les lèvres à se taire. C’est précisément ce qu’exprime Job à la fin de son expérience : « Moi qui suis si peu de chose, que pourrais-je te répliquer ? Je mets la main sur ma bouche ! » (Jb 40, 4)

En fin de compte, l’acte le plus élevé de l’adoration, c’est le silence. Plus on se rapproche de Dieu, plus les mots se raréfient. Car on sent combien ils sont impuissants à exprimer un mystère que seul le silence peut vraiment honorer. 

L’adoration est un grand bien pour l’homme. S’il s’y abaisse, reconnaît sa petitesse, c’est pour être élevé, glorifié. C’est dans l’adoration que l’homme réalise les capacités les plus belles et les plus profondes de sa nature. L’homme trouve une certaine grandeur à agir, transformer le réel. Mais il trouve une gloire bien plus haute à accueillir quelque chose qui le dépasse infiniment. Il peut admirer et contempler une beauté immense qui lui est offerte.  Il a été créé pour cela, et c’est son plus grand bonheur. 

Adoration eucharistique

Un lieu où bien souvent se conjuguent oraison et adoration, c’est l’adoration eucharistique. Peut-être est-ce un don particulier réservé par le Seigneur pour la fin des temps, à cause du besoin de plus en plus grand de se nourrir et fortifier de la présence eucharistique dans les périodes de grande confusion et de difficiles combats comme actuellement. Bien entendu, on doit être capable de faire oraison partout, de dialoguer intimement avec Dieu dans la nature, dans le train, voire au milieu de la foule.  Mais l’adoration eucharistique a pris peu à peu, et aura de plus en plus, une place privilégiée dans la piété de l’Église. 

Même si on y vit parfois une certaine pauvreté et sécheresse, l’adoration eucharistique est toujours une grâce pour celui qui adore. C’est une source de vie pour toute l’Église, une manière de hâter pour le monde entier la venue du Royaume. Quand on est privé de toute satisfaction personnelle dans la prière, il faut se contenter d’être comme un cierge. On se consume gratuitement en présence de Dieu. Paradoxalement, rien n’est plus fécond que cette pauvreté acceptée et offerte, face au Dieu de gloire qui se fait si pauvre pour nous.

 

La Citation

« L’adoration est la perception de la grandeur, de la majesté, de la beauté et en même temps de la bonté de Dieu et de sa présence qui coupe le souffle. C’est une sorte de naufrage dans l’océan sans rivages et sans fonds de la majesté de Dieu. Adorer, selon l’expression de sainte Angèle de Foligno, signifie « se recueillir en unité et s’immerger dans l’abîme infini de Dieu« . » Père Raniero Cantalamessa

 

Pour aller plus loin…

Rien que pour aujourd’hui :

  • Je fais mémoire d’un moment intense d’adoration que j’ai vécu.
  • Je prends gratuitement un temps d’adoration en faisant mémoire de ce qui m’a touché, en intériorisant chaque geste que je pose.
  • En préparation à la Pentecôte, j’invoque l’Esprit d’adoration sur moi, sur mon foyer, sur l’Église, sur le monde.

Livres :

 

Retrouvez les articles précédents de notre série « Vie d’oraison ».
(publication éditée par des frères et sœurs de la Communauté des Béatitudes – ©droits réservés).

*Le Livre de Vie de la Communauté est le texte fondateur de la spiritualité de la Communauté. Vous pouvez le télécharger ici ou le commander aux Editions des Béatitudes.

Auteur : Oraison

Ces articles sur la vie d'oraison sont extraits du bulletin mensuel "Il est là !" publié à l'usage des membres de la Communauté des Béatitudes et de leurs amis. Il est rédigé par un collectif de laïcs, prêtres, frères et sœurs consacrés, membres de la Communauté, avec le désir de stimuler la vie de prière, essentielle à la vocation aux Béatitudes comme à toute vie chrétienne authentique... C'est pourquoi nous sommes heureux de vous partager ces contenus simples.

Articles qui peuvent vous intéresser

Audio – Amoris Laetitia, chap.3 : La vocation de la famille

« Je voudrais contempler le Christ vivant présent dans tant d’histoires d’amour, et invoquer le feu de l’Esprit sur toutes les familles du monde. » (Pape François, AL n°59) Dans le troisi

52ème Congrès Eucharistique International à Budapest

« Toutes mes sources sont en toi ! » (Ps 87,7). Tel était le thème du 52ème Congrès Eucharistique International qui s’est tenu à Budapest du 5 au 12 septembre

Méditations sur les Béatitudes, du pape François

Et si nous prenions un bain de Bonheur et de Beauté ? C’est bien l’invitation d’un nouveau livre paru aux Editions de Béatitudes. Les catéchèses du pape François sur les Béatitudes

Articles les plus lus

Les soirées Pétales de roses des Béatitudes en 2021

Les soirées Pétales de roses ! De quoi s’agit-il ? Tout le monde connaît la date du 1er octobre ! Non ? C’est le jour où toute l’Eglise fête sainte Thérèse

Quatre nouveaux prêtres pour le Seigneur !

Nos frères Andreas, Pierre-Marie, Daniel-Maria et Jean ont été ordonnés prêtres le 13 juillet 2019 par Mgr Le Gall, Archevêque de Toulouse, à Lourdes dans la Basilique du Rosaire. Nous

La Semaine Sainte en direct avec la Communauté des Béatitudes

Chers amis, Voici le programme des liturgies que nous vous proposons de vivre en direct avec la Communauté durant la Semaine Sainte. Toutes ces liturgies sont en direct sur notre

We were unable to confirm your registration.
Your registration is confirmed.

“Votre don sera reçu par la Fondation pour le Clergé, en faveur de la Communauté des Béatitudes et les données recueillies sur le formulaire de don serviront aux communications de la Communauté des Béatitudes et de la Fondation pour le Clergé.”