Vie d’Oraison : Lecture charismatique de la Parole (n°54)

Parole de Dieu et vie d’oraison

Rappelons combien la lecture de la Parole de Dieu et la vie d’oraison se nourrissent l’une l’autre. La Parole de Dieu comme l’oraison amènent à une vie d’union avec Dieu, à une rencontre intime avec le Christ. « Ignorer les Écritures, c’est ignorer le Christ » nous dit saint Jérôme cité par Vatican II (Dei Verbum). Le Concile précise : « Le saint Concile exhorte de façon insistante et spéciale tous les fidèles du Christ à acquérir, par la lecture fréquente des divines Écritures, « la science éminente de Jésus-Christ » (Ph 3, 8) ». La Parole de Dieu incline donc à connaître, aimer et suivre le Christ et nous donne des lumières sur ce chemin : « Ta parole est une lampe, une lumière sur ma route » (Ps 119, 105). Une « lumière », mais aussi une « rosée » ! Notons effectivement combien l’aide d’un verset, et l’apport en général de la lectio divina, peuvent grandement nous aider en cas de sécheresse dans notre vie et notre oraison.

 

Superstition ou révélation ?

De nombreux saints ont découvert la volonté de Dieu pour eux en ouvrant la Bible et en tombant « par hasard » sur un verset. Saint François d’Assise à trois reprises ouvre le Saint Évangile et « tombe » chaque fois sur l’un des passages où Jésus appelle ses disciples à tout quitter pour le suivre. Sainte Thérèse de Lisieux raconte dans ses écrits comment elle voulait vivre toutes les vocations ! C’est en ouvrant un cahier dans lequel étaient recopiés des passages du Nouveau Testament qu’elle trouve la réponse (cf. 1 Co 12 et 13 : diversité des vocations et primauté de l’amour). Elle comprend que si l’Église a plusieurs membres, elle a aussi un cœur. Elle a trouvé sa place : « Dans le cœur de l’Église ma mère, je serai l’amour » (Ms B, 2v-3v). Et que dire de ce simple verset entendu dans une église par saint Antoine, qui décida de sa vocation au désert ? « Va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres et tu auras un trésor dans le ciel » (Mt 19, 21). C’est donc un fait ; il n’y a pas à être pour ou contre cette pratique, elle fait partie de la tradition spirituelle.

 

Prudence et discernement

Beaucoup de chrétiens pourraient témoigner de l’impact d’une Parole du Seigneur à tel ou tel moment de leur vie, parole reçue comme une réponse ou un appel, demandée en ouvrant la Bible, ou trouvée sans même la solliciter — ce qui est peut-être plus sûr ! Notons qu’il faut garder en ce domaine prudence et mesure. « Il y a un danger spirituel et psychologique si l’on fait de cette pratique un procédé systématique et plus ou moins magique. Des personnalités fragiles peuvent y chercher une sécurité qui les déresponsabilise — comme si notre avenir était écrit, comme si on n’avait plus à assumer les risques de la liberté et les débats de l’intelligence » (Père Alain Bandelier). Ouvrir la Bible, ce n’est pas jouer au Loto ! Cela s’inscrit dans une cohérence de vie imprégnée du désir de suivre le Christ. C’est un acte de foi. C’est se mettre en prière, à l’écoute de l’Esprit, humblement. C’est aussi s’abandonner au Seigneur dans l’attitude confiante du disciple qui se laisse instruire, du fils qui veut obéir… C’est un acte non isolé, à ne pas absolutiser : une seule parole ne fait pas tout. Attention à une lecture trop littérale, totalisante ou fidéiste. Le disciple appartient à un corps, l’Église, et s’efforce d’obéir à son accompagnateur spirituel, à ses supérieurs (s’il est religieux), au Magistère, aux événements, à la parole ou aux conseils d’autrui, à des signes intérieurs comme une paix profonde… Cet acte s’inscrit dans une convergence de signes.

 

Être amour et se faire tout enseignable

Cet acte de « tirer » une parole de la Bible suppose d’être un « familier de la Parole », comme l’était la petite Thérèse, de la fréquenter quotidiennement et de s’en imprégner. Cela suppose une vie de prière et d’amour « en Église » : « Être amour au cœur de l’Église ». Il n’y a pas de contradiction ! Et c’est vouloir être amour dans sa vie de famille, son travail, etc.

Une écoute charismatique n’est pas une parenthèse (vécue lors d’une veillée de prière ou autres) : c’est une écoute de l’Esprit Saint de tous les instants et une façon de « se faire tout enseignable» (Ste Élisabeth de la Trinité) pour suivre et imiter le Christ. La Parole est à ruminer et se cueille soit en ouvrant la Bible « au hasard », soit en piochant parmi des « pains » de la Parole, soit dans une écoute « charismatique » (docilité à l’Esprit) de « la Parole du jour » proposée par la liturgie, qu’on laisse résonner dans notre cœur durant la journée. Il y a un lien intrinsèque et réciproque entre lecture charismatique, lectio divina, liturgie, oraison, adoration du Saint-Sacrement. Il s’agit de se nourrir aux deux Tables de la Parole et de la Présence Eucharistique.

 

Le modèle unique

Laissons pour finir la parole à saint Charles de Foucauld, vrai disciple du Christ et son ambassadeur ! « Le Modèle Unique » est un recueil des phrases de l’Évangile que frère Charles a recopiées, mû par le désir de rechercher le Modèle et de l’imiter : « Aimons notre bien-aimé qui nous parle… Faisons à toute parole des Livres Saints, au fond de nos cœurs, l’accueil amoureux de l’épouse entendant la voix de l’Époux » (Commentaire de Mt). Il écrit encore : « Chacun sait que l’amour a comme premier effet l’imitation » (Règlements). Et aussi : « Quand nous lisons le Saint Évangile, nous sommes vraiment aux pieds de Dieu qui nous parle vraiment de Lui-même, se faisant connaître à nous, nous racontant sur Lui mille détails : c’est vraiment lui qui nous parle, puisque les Livres Saints sont « soufflés » aux écrivains sacrés par l’Esprit Saint » (Commentaire de Mt). Il avait le même rapport avec la Parole de Dieu qu’avec la sainte Eucharistie et le Saint-Sacrement en qui il voyait Jésus présent à quelques mètres de distance de lui (ou en lui). Dans ses Règlements, il conseillait de vivre tout cela à la lumière d’un examen de conscience régulier et à l’écoute d’un directeur spirituel pour s’assurer de bien suivre le Christ, « Le Modèle Unique ».

Face à toute situation, posons-nous donc cette question : « Qu’aurait fait le Christ à ma place ? », lui qui « partout où il passait, faisait le bien » (Ac 10, 38), ce que désirait ardemment frère Charles : « Je voudrais être assez bon pour qu’on dise : si tel est le serviteur, comment donc est le Maître ! » (1909, à l’Abbé Huvelin). La lecture charismatique de la Parole de Dieu en est l’un des moyens.

La citation

« La lecture confiante avec un cœur simple ne dispense pas d’une lecture studieuse avec l’intelligence, mais la réciproque est vraie. »

Père Bandelier

 

 

Pour aller plus loin…

Rien que pour aujourd’hui :

  • Bien m’installer (coin prière, devant une icône ou un crucifix).

  • Faire le signe de Croix et invoquer l’Esprit Saint pour que mon cœur s’ouvre à la Parole du Dieu pour moi aujourd’hui, dans l’attitude de Samuel : « Parle Seigneur, ton serviteur écoute ! » (Sa 3, 9)

  • Ouvrir la Bible, ou tirer un « pain » de la Parole, ou prendre la Parole du jour. La lire et la relire. L’accueillir…

  • Rendre grâce à Dieu, et Lui demander la grâce d’une bonne interprétation de ce qu’Il veut pour moi et la grâce de le vivre.

Livres :

  • Dei Verbum, chapitre IV, n°25.

  • Histoire d’une âme (Ms B, 2v-3v), Thérèse de Lisieux.

  • Le Modèle Unique, Charles de Foucauld, Ed. Résiac.

  • Règlements et Directoires, Charles de Foucauld, Ed. Nouvelle Cité.

  • Commentaire de saint Matthieu, Charles de Foucauld, Ed. Nouvelle Cité.

 

Retrouvez les articles précédents de notre série « Vie d’oraison ».
(publication éditée par des frères et sœurs de la Communauté des Béatitudes – ©droits réservés).

Oraison

Ces articles sur la vie d'oraison sont extraits du bulletin mensuel "Il est là !" publié à l'usage des membres de la Communauté des Béatitudes et de leurs amis. Il est rédigé par un collectif de laïcs, prêtres, frères et sœurs consacrés, membres de la Communauté, avec le désir de stimuler la vie de prière, essentielle à la vocation aux Béatitudes comme à toute vie chrétienne authentique... C'est pourquoi nous sommes heureux de vous partager ces contenus simples.

Thèmes

Etiquettes

ARTICLES QUI PEUVENT VOUS INTÉRESSER

Chaque année, Béatitudes Jeunes organise en France, deux week-ends « Pentecôte » pour les 18-30 ans (à Nouan-le-Fuzelier en Sologne et à Saint-Luc dans le Tarn). (…)

Je souhaite recevoir vos newsletters

    *Vous pouvez vous désabonner à tout moment en bas de chaque email (lire la politique de confidentialité).

    Votre don sera reçu par la Fondation pour le Clergé, en faveur de la Communauté des Béatitudes et les données recueillies sur le formulaire de don serviront aux communications de la Communauté des Béatitudes et de la Fondation pour le Clergé.