Vie d’Oraison : l’accompagnement spirituel (n°21)

Pourquoi être accompagné ?

Nous voici dans une période bien particulière, de restrictions de toutes sortes et surtout de prise de distance sociale. Il est peut-être providentiel que ce soit dans ce contexte que nous abordions cette question. Peut-être, pour certains d’entre nous, cette habitude de nous faire accompagner est quelque peu entravée actuellement ? Peut-être en ressentons-nous le manque ou sommes-nous réduits à des rencontres virtuelles ? Le manque nous révèle souvent des trésors inaperçus jusque-là.

Vie spirituelle : être en chemin

Le §7 des Statuts de la Communauté des Béatitudes, sur la Vie dans l’Esprit, dit que nous sommes appelés à une intense vie d’union à Dieu. Il n’est pas anodin de parler de vie d’union à Dieu, de vie spirituelle. Cette vie est surtout faite d’expériences de Dieu qui nourrissent notre relation à lui, à nous-mêmes et au monde. Des expériences plutôt que des pensées. Il s’agit donc d’une réalité complexe, faite d’intersubjectivité et de dynamique de croissance.

Ainsi pouvons-nous être confrontés à divers questionnements. Comment savoir en effet que telle expérience n’est pas tout simplement le fruit de mon imagination ou de mon désir ? Est-ce vraiment Dieu qui est à l’œuvre ou seulement mon psychisme ? Ne suis-je pas en train de me leurrer ? De telles questions surgissent inévitablement quand nous commençons à parler non pas sur Dieu mais avec lui. C’est précisément dans ce domaine de vie et d’expérience que nous avons besoin d’être accompagné. Qui donc a besoin de se faire accompagner spirituellement ? Tous ceux qui mènent une vie spirituelle, et qui, de ce fait, font l’expérience de Dieu. Du plus ancien, qui avance sur cette voie depuis très longtemps, au dernier arrivé qui commence à peine à faire ses premiers pas.

Objet de l’accompagnement

Quel est l’objet de l’accompagnement ? Mon expérience de Dieu ! Cela semble évident, mais ne l’est pas toujours dans la pratique. Parler de nos expériences de Dieu n’est pas chose aisée. Plus ou moins consciemment, nous pouvons ressentir des résistances, ce qui est compréhensible, car il s’agit de notre vécu le plus intime. Ainsi pouvons-nous être tentés de mettre l’accent sur d’autres choses : soucis, doutes, espérances et projets, questions, idées, etc. Nous cherchons auprès de notre accompagnateur une écoute empathique, de l’encouragement, de la consolation, des solutions à nos problèmes, la confirmation de nos décisions (ou que quelqu’un prenne les décisions à notre place). Or « le rocher que nous cherchons n’est pas une autre personne, mais c’est le Mystère, que nous appelons Dieu, et ce Mystère est accessible à chacun dans son cœur, son intelligence, son âme. » (W.A. Barry et W.J. Connolly)

C’est avant tout à l’accompagnateur qu’il convient de diriger l’entretien et d’empêcher qu’il soit investi d’un rôle qui n’est pas le sien. Mais en tant qu’accompagné nous avons aussi notre part de responsabilité. Si j’adhère au fait d’avoir besoin d’être accompagné dans ma vie spirituelle, je peux m’y préparer et y être présent de manière plus consciente.

Lorsque nous disons que l’objet de l’accompagnement est la vie spirituelle, cela ne se limite évidemment pas à notre vie de prière. Le même §7 de nos Statuts nous incite à la recherche de la prière continuelle, c’est-à-dire à la recherche de Dieu en toutes choses. La prière devient continuelle quand l’attention est dirigée vers le Bien-Aimé non seulement pendant les temps d’oraison mais aussi pendant les temps de travail, de relation à ses proches, de détente, etc. Ainsi, tout événement de ma vie quotidienne peut être évoqué lors d’un entretien spirituel. Mais le focus ne sera pas sur l’événement en lui-même, ni sur la manière dont je l’ai vécu et ressenti, mais, à travers tout cela, sur l’expérience de Dieu que j’ai pu faire en ces circonstances précises. « Alors une expérience n’est plus pour nous un événement isolé mais l’expression de la relation continuelle que Dieu entretient avec tout homme. » (W.A. Barry et W.J. Connolly)

De fait, si nous croyons vraiment en un Dieu vivant et présent, cela implique que ce même Dieu est vivant et présent en tout événement de notre vie quotidienne. Ainsi, l’accompagnement spirituel a pour but de rendre explicite et consciente cette expérience de Dieu. En effet, seule une expérience devenue pleinement consciente rend possible la réponse aux appels que Dieu nous adresse.

Discerner les esprits

Le rôle essentiel de l’accompagnement spirituel est donc de nous aider dans le discernement des esprits. En accompagnement, nous faisons le tour de nos expériences de Dieu pour les approfondir et discerner ensemble leur nature. Puis nous y approfondissons et y discernons la réponse à ces appels divins qui peut naître en nous. Car « là où nous parlons de vie, nous ne pouvons taire le danger de mort. La promesse ne se réalise pas sans conditions. La vie peut faner, devenir paralysée, s’étouffer, pour en fin de compte s’éteindre. En tout cas elle ne reste pas immobile car la vie ne s’arrête jamais. » (A. Louf) 

Le but principal de ce cheminement est de permettre à Dieu d’agir directement sur sa créature, de faciliter la rencontre avec Dieu afin qu’il puisse faire l’essentiel du travail. L’accompagnateur est là pour nous aider à nous diriger directement vers Dieu et à prêter attention à ce que Dieu veut nous dire sans autre intermédiaire. 

Pourquoi donc nous faire accompagner ?

– Parce que nous croyons en un Dieu qui est vraiment réel, c’est-à-dire « présent, intéressé, impliqué, disponible pour une interaction vraie, prenant l’initiative, en action, en relation, désireux, prêt à répondre » (R. Marsh) et que nous voudrions vivre de cette foi réellement.

– Parce que nous avons besoin d’un frère ou d’une sœur dans la foi pour oser regarder de plus près notre expérience de ce Dieu réel, pour petit à petit nous fier à la connaissance personnelle que nous pouvons avoir de lui, et pour arriver dans un face à face avec ce Dieu devenu réel pour nous.

– Pour ne jamais nous éloigner de la question centrale de toute vie humaine : Qui est Dieu pour moi et qui suis-je pour lui ? 

 

Citation
« Pour que nous puissions rejoindre notre humanité la plus pleine, il est nécessaire que de ce lieu en nous où habite Dieu, quelque chose puisse remonter en nous jusqu’au niveau conscient et puisse petit à petit y prendre racine. » 
André Louf

 

Pour aller plus loin…

Rien que pour aujourd’hui :

  • Je prends le temps de relire mon expérience d’accompagnement (grâces et difficultés) et de la remettre au Seigneur. 

Livres :

 

Retrouvez les articles précédents de notre série « Vie d’oraison ».
(publication éditée par des frères et sœurs de la Communauté des Béatitudes – ©droits réservés).

*Le Livre de Vie de la Communauté est le texte fondateur de la spiritualité de la Communauté. Vous pouvez le télécharger ici ou le commander aux Editions des Béatitudes.

Oraison

Ces articles sur la vie d'oraison sont extraits du bulletin mensuel "Il est là !" publié à l'usage des membres de la Communauté des Béatitudes et de leurs amis. Il est rédigé par un collectif de laïcs, prêtres, frères et sœurs consacrés, membres de la Communauté, avec le désir de stimuler la vie de prière, essentielle à la vocation aux Béatitudes comme à toute vie chrétienne authentique... C'est pourquoi nous sommes heureux de vous partager ces contenus simples.

ARTICLES QUI PEUVENT VOUS INTÉRESSER

Je souhaite recevoir vos newsletters

*Vous pouvez vous désabonner à tout moment en bas de chaque email (lire la politique de confidentialité).

Votre don sera reçu par la Fondation pour le Clergé, en faveur de la Communauté des Béatitudes et les données recueillies sur le formulaire de don serviront aux communications de la Communauté des Béatitudes et de la Fondation pour le Clergé.

L'été avec les Béatitudes

Se ressourcer cet été en famille, en couple ou individuellement,
entre jeunes ou enfants...