Un Avent couronné à Noël par une naissance

N comme Noel

Avec N comme Noël, partons à la re-découverte de nos traditions !

Odile Haumonté vient de sortir un livre aux Editions des Béatitudes intitulé N comme Noël. Il nous entraîne de façon très simple et profonde à travers les traditions qu’elles soient folkloriques, chrétienne ou biblique. 

Quelle est la tradition que vous avez redécouverte en rédigeant ce livre ?

Odile Haumonté : Mes découvertes au cours des quatre années que j’ai passées sur ce livre tiennent surtout au fait d’avoir exploré ce que se vit dans d’autres pays ! Je connaissais assez bien les pratiques de la religion catholique pour « être tombée dedans » depuis toute petite (même si on ne finit jamais d’apprendre), mais je ne connaissais pas grand-chose aux traditions et coutumes des pays voisins ou plus lointains. C’est très amusant de faire ces explorations car je me suis rendu compte que rien n’est venu au hasard, que tout a un sens. C’est peut-être ça, le secret de Noël qui m’a été dévoilé dans ce livre : en Jésus, tout prend sens.

Nous nous préparons à Noël par ces semaines de l’Avent. Comment décrivez-vous l’importance de la Couronne de l’avent ?

L’Avent commence juste après la fête du « Christ Roi de l’univers », ce que vient nous rappeler la couronne.

La couronne de l’Avent est confectionnée le premier dimanche de l’Avent ; traditionnellement, elle est faite de branches de sapin (restant vert, il symbolise la vie) et de rubans de satin rouge, et garnie de quatre bougies : une pour chaque dimanche de l’Avent, que l’on allumera à mesure que l’on approche de Noël. On trouvera la couronne de l’Avent à la maison comme dans nos églises, bien qu’elle ne constitue pas un ornement liturgique.

Qui l’a inventée ?

Elle fut inventée en 1839 par un pasteur allemand. Il avait fondé une œuvre pour s’occuper d’enfants pauvres et d’orphelins ; comme ils étaient impatients de voir arriver Noël et lui demandaient sans cesse s’il restait encore beaucoup de temps, il fabriqua une grande couronne avec des petites bougies pour les jours et quatre grosses bougies pour les dimanches ; chaque matin, il allumait une bougie et les enfants comprenaient combien de jours les séparaient encore de Noël. L’usage s’en est répandu en ne gardant que les quatre grosses bougies dès 1860 dans toute l’Allemagne, puis peu à peu dans tous les pays.

Les quatre bougies représentent les quatre dimanches de l’Avent. Nous pouvons également y voir les quatre étapes par lesquelles nous passons pour être sauvés :
– le pardon ;
– la foi ;
– la joie ;
– la paix.

Les branches de sapin utilisées pour la couronne font également penser au sapin qui décore nos maisons pendant la période de Noël. Quelle est son origine ?

Cette tradition de mettre un sapin décoré dans sa maison est née vers 1521 en Alsace et dans la région de Bâle avant de gagner l’Allemagne. Marie Leszczynska, la fille du roi de Pologne et duc de Lorraine Stanislas, qui était aussi l’épouse du roi de France Louis XV, fit installer un sapin à Versailles en 1738 ; mais l’habitude en fut réellement prise lorsque la princesse de Mecklembourg érigea un arbre décoré aux Tuileries en 1837.

Avec son feuillage persistant qui reste vert au cœur de l’hiver, le sapin, ou l’épicéa qui était plus répandu avant son éviction par le sapin de Nordmann, symbolise la vie.
Au début, il était décoré uniquement de pommes rouges et de noix, puis on lui ajouta des bougies, des rubans, des fleurs en papier, des fruits, des confiseries, des biscuits.

Ce sapin représente-t-il uniquement la vie, la résurrection ?

Le sapin représenterait l’arbre du paradis perdu, décoré des pommes rouges de la tentation – le fruit défendu. En certains lieux, il remplace la crèche, mais, le plus souvent, celle-ci est installée à son pied.
À travers le sapin ou les autres plantes qui décorent nos intérieurs à Noël, c’est toute la création réconciliée qui est invitée à s’associer à la joie de Noël : « Les arbres des forêts dansent de joie », chante le Psaume 95.

 

Odile Haumonté explique la Galette, les anges, l’avent, les bergers, Bethléem, mais aussi la bûche et autres biscuits, les rois mages, l’étoile, les prophéties bibliques… un abécédaire qui vous fera aussi traverser les océans et découvrir l’immense richesse de cette fête : le Dieu tout-puissant devenu petit enfant pour rejoindre la grotte de notre existence humaine.

N comme Noël, Histoire, – Sens – Traditions
Odile Haumonté
EdB,
Octobre 2021, 292 p., 17,50 €

 

COMMANDER

 

 

 

 

Autres recensions aux EDB : voir ici

Sr Marie Costermans

Sr Marie de la Visitation est originaire de Belgique. Elle est entrée à la Communauté en 1991. Après avoir passé ses huit dernières années dans notre maison de Denver (Colorado, Etats-Unis), elle vient de prendre la direction éditoriale des Editions des Béatitudes à Nouan-le-Fuzelier (41).

Thèmes

Etiquettes

ARTICLES QUI PEUVENT VOUS INTÉRESSER

Je souhaite recevoir vos newsletters

*Vous pouvez vous désabonner à tout moment en bas de chaque email (lire la politique de confidentialité).

Votre don sera reçu par la Fondation pour le Clergé, en faveur de la Communauté des Béatitudes et les données recueillies sur le formulaire de don serviront aux communications de la Communauté des Béatitudes et de la Fondation pour le Clergé.

Vivez l'Avent à
l'école des Saints

/

Inscrivez-vous pour suivre notre parcours viidéo