Jésus recrute ! Le réveil des couples missionnaires

Pape FRANCOIS et Alex & Maud LAURIOT PREVOST

Non, il ne s’agit pas ici de discerner sa vocation. Jésus recrute des couples ! Oui, vous avez bien lu. Alex et Maud Lauriot Prevost viennent de sortir un livre sur le réveil des couples disciples-missionnaires et de rencontrer le pape François. Rencontre.

 

 

Vous venez de publier ce livreJesus recrute - EDB sur le « recrutement » des couples disciples-missionnaires. Cela concerne-t-il uniquement les chrétiens super engagés dans leur foi ?

 

Le titre ‘Jésus recrute’ est à dessein un peu provoc’, il vise à faire réagir, à s’interroger car en fait Jésus invite, appelle des disciples puis il les envoie en mission. Jésus n’est pas le DRH de Dieu le Père ou le patron de l’ANPE catholique, il est le Maître et le Frère, le Chemin, la Vérité et la Vie. Le disciple-missionnaire n’est donc en rien un militant, il ne défend, ni une cause, ni une idéologie, ni même une religion ou une chapelle, même s’il aime profondément l’Église : elle est sa famille la plus chère, celle des bras-cassés aimés et sauvés. Le disciple-missionnaire, seul ou en couple, est retourné par la rencontre et l’amour de Jesus, sa vie est transformée et bouleversée par le Christ. Il ne peut alors garder cette si bonne nouvelle pour lui, il la transpire, il veut la partager spontanément car l’amour brule et veut se répandre.

 

 

Être disciple, apprendre à suivre le Christ, invite à l’humilité, la dépendance. La vie de couple est-elle le lieu idéal pour le vivre ? Comment faites-vous le lien entre ce vécu et cette mission ?

Le Christ n’est pas un rabat-joie de la vie conjugale comme certains l’imaginent, mais il est au contraire tout à la fois la source, le médecin, la nourriture et le tremplin de la vie en couple. Il est malheureux que tant de conjoints ne se l’imaginent même pas : à nous de les inviter à faire l’expérience que Dieu unit les époux, que Jésus les sauve et guérit, que le meilleur vin de Cana est bien pour la fin. Le lien entre la vie de foi chez soi et la mission est en fait très naturel chez un couple : respirer et expirer, diastole et systole, pile et face, l’une est l’envers de l’autre, l’un prépare, nourrit et régule l’autre. Nous vous l’assurons : l’essayer, c’est l’adopter, car la mission, l’annonce et le témoignage du Christ en couple font tellement de bien au mariage lui-même ! Certes, bien des époux manquent de repères, aspirent à y voir plus clair, et c’est logique, mais en fait, au regard de notre expérience d’accompagnement de couples missionnaires depuis des années :  l’apprentissage est en fait rapide pour qui a rencontré le Christ vivant ; le plus difficile, c’est de décider de plonger dans la piscine, puis la nage devient vite naturelle.

 

A l’heure où l’on parle beaucoup du renouveau de la mission, comment rêveriez-vous la place du couple dans l’Église ?

En termes de compréhension du mariage, de sa guérison, de son chemin de sainteté et de sa place au cœur de l’Église, nous avons vécu depuis le milieu du XX° une profonde et bénéfique mutation. Aujourd’hui, nous vivons un autre changement majeur, renforcé tout autant par le contexte de crise liée aux abus et au cléricalisme que par l’actuel renouveau missionnaire très actif des dernières générations : le mariage apparait de plus en plus comme un appel à la mission pour le couple lui-même ; cette mission concerne certes les enfants mais va bien au-delà en fait, et c’est là la nouveauté ; le mariage apparait alors comme un vrai ministère à deux, appuyé sur une vocation singulière comme nous a dit le pape le 26 février dernier : le témoignage des époux est très particulier car ils sont devenus ‘un’ par grâce de Dieu ; leur rayonnement, leur parole a donc une résonnance missionnaire très particulière, celle de l’amour, et de Dieu et des hommes. Replacer le couple au cœur de la mission de l’Église, c’est bon pour elle, c’est bon pour les prêtres, pour les célibataires, c’est très bon pour l’annonce de l’Évangile, la crédibilité et l’attractivité de la foi auprès de nos contemporains.

 

Vous avez en effet rencontré le pape François à Rome le 26 février dernier pendant 40 mn en audience privée. Un article paru dans Aleteia, précise combien le couple Priscille et Aquila est pour lui un modèle du couple-missionnaire. Comment les décririez-vous ?

Depuis 2 ou 3 ans, le pape François fait régulièrement référence à Aquila et Priscille : ces époux sont des disciples du Christ et des fidèles compagnons de multiples missions de l’apôtre Paul ; ils sont très présents dans les Actes et les épitres, ils forment un couple disciple-missionnaire avant l’heure. François les présente avec insistance à toute l’Église, et notamment aux prêtres et aux évêques, comme modèle du couple qui répond à l’appel du Christ et s’engage dans la mission à part entière. Il sait mouiller sa chemise, il ouvre sa maison, il sait s’adapter aux circonstances même difficiles, il est généreux, il sait évangéliser, conduire une communauté ou former d’autres disciples, il complète très bien l’apôtre Paul sans prendre sa place. Le pape nous a redit personnellement toute l’importance qu’il accorde à ce couple-modèle, et il invite tous les évêques et les prêtres d’aujourd’hui à appeler de tels couples à leurs côtés, à s’entourer de nouveaux Aquila et Priscille. Pas ‘contre eux’, pas ‘à leur place’, mais ‘avec eux’, en « synergie » comme le précise saint Paul.

 

La petite église domestique qu’est la famille est-elle, selon vous, appelée à devenir de plus en plus un lieu de vie dans un paysage où beaucoup de paroisses s’éteignent ?

En effet, l’église domestique, l’ecclesiola comme disait Vatican II, cette ‘église de maison’ comme disent nos frères évangéliques, est appelée à reprendre toute sa place dans la vie de l’Église catholique, non pas à la place de la paroisse mais à ses côtés, et en lien avec elle bien sûr : les ecclesiola vivantes sont d’une grande richesse pour une paroisse. Les 1ers mois de la pandémie du Covid, beaucoup de couples, de familles de par le monde ont été ‘contraintes’ de faire (re)vivre leur ecclesiola, en priant, en célébrant, en lisant la parole de Dieu ensemble à la maison. Certains clercs s’en sont inquiétés mais bien d’autres, des cardinaux et jusqu’au pape s’en sont réjouis. C’est ainsi que l’Église se refonde, retrouve sa vitalité en puisant à la source des origines apostoliques : « Tous les jours, dans le temple et dans les maisons, ils annonçaient l’Evangile » (Ac 5, 42). Paroisse et ecclesiola, non l’un OU l’autre, mais l’un ET l’autre. Pour la bonne santé spirituelle et missionnaire de tous.

 

Jesus recrute - EDB

Pour aller plus loin :

Jésus recrute ! Le réveil des couples missionnaires
Alex et Maud lauriot Prevost,

Le sacrement du mariage est comme le baptême du couple. Laissons-nous visiter par sa puissance guérissante et envoyer en mission, à l’appel du pape François !

EdB, mars 2022,
156 pages
15,50€

 

DISPONIBLE ICI

Sr Marie Costermans

Sr Marie de la Visitation est originaire de Belgique. Elle est entrée à la Communauté en 1991. Après avoir passé ses huit dernières années dans notre maison de Denver (Colorado, Etats-Unis), elle vient de prendre la direction éditoriale des Editions des Béatitudes à Nouan-le-Fuzelier (41).

Thèmes

Etiquettes

ARTICLES QUI PEUVENT VOUS INTÉRESSER

Chaque année, le mois d’octobre est le mois de la mission, placé sous le patronage de Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus. Cette carmélite n’a jamais quitté (…)

Je souhaite recevoir vos newsletters

*Vous pouvez vous désabonner à tout moment en bas de chaque email (lire la politique de confidentialité).

Votre don sera reçu par la Fondation pour le Clergé, en faveur de la Communauté des Béatitudes et les données recueillies sur le formulaire de don serviront aux communications de la Communauté des Béatitudes et de la Fondation pour le Clergé.

Rose_Petals_G25_2_8

1er octobre :
fête de sainte Thérèse de lisieux

Soirées pétales
de roses