7 raisons de se réjouir en novembre !

Publié le 05 novembre 2018

Certains disent que le mois de novembre est le plus triste et le plus déprimant de tous les mois de l’année. Tordons le cou à cette idée et retrouvons la joie du Seigneur tous les jours de l’année, même lors des jours du mois de novembre.

1. le mois de la communion des saints

C’est le temps de rendre hommage et de prier pour nos frères et sœurs défunts et de nous souvenir de tous les Saints. C’est le temps du regard vers le Ciel et la Patrie qui nous attendent, avec une foule immense de témoins, d’amis et de parents bien aimés. C’est le temps de l’amour et d’une nouvelle communion. Comme le dit saint Augustin au sujet des défunts : «  Ils sont invisibles, mais ils sont présents », une présence chaleureuse dans le début de la froidure de l’hiver !

2. le mois de l’armistice

C’est le moment de faire la paix en soi et autour de soi, comme un ménage d’automne où l’on ramasserai les feuilles mortes de l’amertume, du péché, du manque de pardon. Saint Teresa de Calcutta nous dit bien que : « La paix commence en soi-même, tout au fond de nos cœurs ». De cette paix intérieure que nous recherchons et poursuivons vient la paix des couples et des familles et finalement des nations. Allons enfants de la Patrie, le jour de paix est arrivé !

3. le mois de la création en feu

Tous les arbres non résineux se mettent à nu devant leur Créateur mais auparavant, ils flamboient de toutes les couleurs, du rouge, au brun en passant par les tons rouille, jaune, orange mettant ainsi les yeux des hommes en admiration devant la Création et la beauté de son Créateur. Comme le dit le psaume 95 : « Les arbres des forêts dansent de joie devant la face du Seigneur car il vient ! ». C’est un psaume où le feu de Dieu nous est donné pour nous préparer à la naissance de l’Emmanuel !

4. le mois du Beaujolais nouveau

Ce vin qui réjouit le cœur de la femme et de l’homme est mis en vente dans le monde entier le troisième jeudi de novembre, soit cette année le 15 novembre. Le lancement solennel du vin primeur a lieu lors d’une fête traditionnelle à Beaujeu, où une procession de brouettes remplies de sarments enflammés précède la percée des premiers tonneaux aux 12 coups de minuit. Cela nous rappelle le Minuit Chrétien ou la terre est enflammée par la venue de la Lumière du monde et de Celui qui nous donne le Vin nouveau dans des outres neuves : Jésus, le nouveau né !

5. le mois de la saint Martin

A la « Saint Martin de Tours » fêtée le 11 novembre,  nous commémorons l’action de charité du saint envers un déshérité transi de froid. Une pieuse légende raconte que, lorsqu’on transféra la dépouille de saint Martin, de Candes à Tours, les buissons se mirent à refleurir à son passage le long de la Loire. Ce miracle serait à l’origine de l’été de la saint Martin (été indien aux Etats-Unis), un redoux occasionné par des vents du sud-ouest qui touchent la France autour du 11 novembre : « Bel été de saint Martin présage un hiver certain » !

6. le mois de la sainte Catherine

La fête de la Sainte Catherine se célèbre le 25 novembre de chaque année, depuis le Xème siècle, et commémore le martyre de Catherine d’Alexandrie. C’est une journée pour les femmes de moins de 25 ans qui sont encore célibataires. C’est l’occasion pour elles de prier pour avoir un mari. La prière typique dit « Donne-moi Seigneur, un mari riche, attentionné, doux et agréable » avant 25 ans et « Donne moi Seigneur, celui qui te plaira, je m’en contente » après 30 ans.

7. le mois de la fête de la présentation de Marie

La Présentation de Marie au Temple est un fête catholique et orthodoxe. Elle est célébrée par les deux Eglises, le même jour, le 21 novembre. Selon le Protévangile de Jacques, Marie, née miraculeusement, est menée au Temple à l’âge de 3 ans et, nourrie par un ange, elle tisse le voile du Temple jusqu’à son mariage avec Joseph à 12 ans. Tous les mois de l’année nous honorons notre Mère la Vierge Marie, mais combien il est juste, avant Noël, de prier Marie dont l’humble et silencieuse attente doit être le modèle notre attente pendant l’Avent.

Père Benjamin Boisson

Auteur : Père Benjamin Boisson

Prêtre de la Communauté des Béatitudes depuis 1999, maître en théologie et responsable de foyers pendant de longues années, le Père Benjamin Boisson est l'auteur de plusieurs livres aux Editions des Béatitudes, dont un sur l'humour de Dieu. Il propose régulièrement des sessions Rire et Prière. Il vit actuellement sur notre foyer de Nouan-le-Fuzelier.

Articles qui peuvent vous intéresser

Camp Ski et prière… la glisse en louange !

Du 24 février au 2 mars 2019, une vingtaine de jeunes 18-30 ans ont vécu un Camp Ski et Prière dans les Pyrénées, accueilli par la Communauté des Béatitudes de

Partir en pèlerinage au Liban

Le saviez-vous ? Le Liban est aussi une terre biblique ! Plus qu’un pèlerinage, la Communauté des Béatitudes de Nay vous propose du 20 au 30 novembre 2019 une retraite

Mois de mai, mois de Marie

Marie est vénérée dans l’Eglise, particulièrement durant le mois de mai. Partout en France, des chrétiens se retrouvent pour des pèlerinages aux multiples oratoires qui lui sont dédiés. Mari

Articles les plus lus

L’abbaye Saint-Martin du Canigou au JT de TF1…

Au cœur des Pyrénées-Orientales, l’abbaye Saint-Martin du Canigou est nichée sur un éperon rocheux à plus de mille mètres d’altitude. Un site exceptionnel que l’on peut visit

professions

Quatre nouveaux profès sous le regard de l’Immaculée

En cette belle solennité de l’Immaculée Conception, quatre de nos frères et sœur faisaient profession perpétuelle des vœux de pauvreté, chasteté et obéissance selon la règle de la Comm

300 saints en puissance pour le Nouvel An !

Du 28 décembre 2018 au 1er janvier 2019, 300 jeunes et communautaires ont décidé de se rassembler à Nouan-le-Fuzelier. Objectif : passer la nouvelle année ensemble et en Dieu. Immersion en

“Votre don sera reçu par la Fondation pour le Clergé, en faveur de la Communauté des Béatitudes et les données recueillies sur le formulaire de don serviront aux communications de la Communauté des Béatitudes et de la Fondation pour le Clergé.”