Les Béatitudes

« Voyant les foules, Jésus gravit la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent de lui.
Alors, ouvrant la bouche, il les enseignait. Il disait :

Heureux ceux qui ont une âme de pauvre, car le royaume des cieux est à eux !
Heureux les doux, car ils posséderont la terre !
Heureux les affligés, car ils seront consolés !
Heureux les affamés et assoiffés de la justice, car ils seront rassasiés !
Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde !
Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu !
Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu !
Heureux les persécutés pour la justice, car le Royaume des Cieux est à eux !
Heureux êtes-vous quand on vous insultera, qu’on vous persécutera,
et qu’on dira faussement contre vous toute sorte d’infamie, à cause de moi.
Soyez dans la joie et l’allégresse,
car votre récompense sera grande dans les cieux :

c’est bien ainsi qu’on a persécuté les prophètes, vos devanciers. »

Matthieu 5, 1-12

Les Béatitudes, chemin de bonheur !

« Nous portons le nom des « Béatitudes », sommet et résumé de l’enseignement du Christ, qui nous rappelle notre vocation au Bonheur. Proclamées par Jésus sur la Montagne, les Béatitudes tracent de fait le chemin vers le bonheur éternel auquel le cœur de l’homme aspire (CEC, n°1697) ». (Livre de Vie*, n°1)

« Les Béatitudes sont le chemin auquel nous avons été appelés pour répondre à l’appel universel à la sainteté à la suite du Christ. Toute notre vie se veut imprégnée par les Béatitudes. Pour témoigner de l’espérance et de la joie du monde à venir, nous choisissons de devenir des hommes et des femmes des Béatitudes » (Statuts de la Communauté)

Le Christ des Béatitudes

Cela signifie laisser le « Christ des Béatitudes » nous fasciner et suivre ses traces afin de lui ressembler de plus en plus. Les Béatitudes décrivent sa pensée, ses sentiments, son action et toute sa vie. Il était pauvre, doux, compatissant et miséricordieux ; il avait faim et soif de justice. Il avait un cœur pur et procurait la paix. Il était prêt à endurer la souffrance et la persécution pour nous sauver et nous donner la Vie éternelle. Il nous a montré ce que signifie vivre comme des enfants de Dieu.

« Les Béatitudes nous révèlent le visage du Christ qui, seul, en a vécu dans sa totalité. Il est le Lion de Juda et l’Agneau Immolé, qui, à travers sa Pâque, nous entraîne dans la gloire du Père. » (Livre de Vie*)

*Le Livre de Vie de la Communauté est le texte fondateur de la spiritualité de la Communauté. Vous pouvez le télécharger ici ou le commander aux Editions des Béatitudes.

Du Lion de Juda aux Béatitudes

Le premier nom de la Communauté fut Le Lion de Juda et l’Agneau immolé, le lion étant l’emblème de la tribu de Juda, l’une des douze tribus d’Israël, dont descend le Christ.

En effet, « dès les premiers moments de vie commune se sont imposés à notre méditation les deux visages de Jésus : Lion et Agneau, force et faiblesse, Dieu-Fort, Tout-Puissant et petit enfant ; vie abondante et anéantissement.

Mort qui vainc la mort pour ouvrir les portes de la vie éternelle.
Unie à celle de l’Agneau de Dieu, notre oblation silencieuse triomphe dans la victoire du Lion de Juda sur toutes les puissances du mal. Et même s’il Lui plaît de nous révéler un visage plutôt qu’un autre, nous ne devrons jamais les dissocier dans notre foi et notre adoration. » (Livre de Vie, n°3).

 

En 1991, la Communauté change de nom pour prendre celui de Communauté des Béatitudes
plus facile à porter dans la diversité des cultures où elle s’est implantée, et pour manifester son désir d’une plus grande ouverture aux pauvres.

Les deux visages du Christ, Agneau, pauvre, doux et humble dans sa Passion et Lion victorieux de la Croix, restent bien au cœur du message des Béatitudes. C’est pourquoi la Communauté a gardé comme emblème ces deux figures du lion et de l’agneau.

Votre don sera reçu par la Fondation pour le Clergé, en faveur de la Communauté des Béatitudes et les données recueillies sur le formulaire de don serviront aux communications de la Communauté des Béatitudes et de la Fondation pour le Clergé.