Qui sommes-nous ?

Une Communauté née dans l’élan de Vatican II

La Communauté des Béatitudes est une communauté contemplative et missionnaire née en France en 1973, dans l’élan du Concile Vatican II et dans la mouvance du Renouveau charismatique catholique. Elle a été fondée par deux couples, Gérard Croissant (Ephraïm), son épouse Jo, et Jean-Marc et Mireille Hammel ayant fait une expérience de l’effusion du Saint-Esprit et de l’intimité avec Dieu. Vivre en Communauté s’est alors imposé comme une évidence venue d’En-Haut pour vivre l’Evangile à l’image des premières communautés chrétiennes décrites dans les Actes des Apôtres.

La Communauté se développe dans un premier temps à Cordes sur Ciel (81), où le Cardinal Robert Coffy, Archevêque d’Albi, la reconnaît comme « pieuse union ». En 2002, elle est reconnue par le Conseil Pontifical pour les Laïcs comme Association privée internationale de fidèles. Après de nombreuses étapes, cette association est supprimée en 2011.  Le 29 juin 2011, Monseigneur Robert Le Gall, Archevêque de Toulouse, érige une nouvelle Association publique de fidèles de droit diocésain, en vue de devenir Famille ecclésiale de vie consacrée, sous l’autorité de la Congrégation romaine des Instituts de Vie Consacrée.

Image du Peuple de Dieu appelé à la sainteté

Image du peuple de Dieu dans son unité et la diversité de ses appels, la Communauté rassemble des sœurs consacrées, des frères consacrés, dont certains sont prêtres, et des laïcs, célibataires ou mariés (dont certains sont diacres permanents ou célibataires pour le Royaume ayant prononcé un vœu de célibat).
En 2018, la Communauté compte environ 800 membres : 175 frères (dont 82 prêtres), 270 sœurs, 300 laïcs (dont 12 diacres permanents et 50 célibataires pour le Royaume). La Communauté comprend également des diacres permanents qui font partie de la branche laïque. Tous partagent le même appel. Enfin, une quarantaine de stagiaires vivent une année de discernement et de formation dans nos maisons en vue de l’entrée à la Communauté.
En savoir plus…

La Communauté s’élargit de « membres d’alliance » – parmi lesquelles les Disciples de l’Agneau ou les Amis de l’Agneau – pour constituer la Famille Béatitudes.
En savoir plus…

La Communauté compte 50 fondations réparties en vingt-six pays à travers le monde. Elle est présente en Europe, Afrique, Asie, Amérique du Nord et du Sud, en Océanie et au Moyen-Orient.

Le gouvernement de la Communauté

La Communauté des Béatitudes est composée :
– d’une branche masculine de vie consacrée, dont certains membres sont des clercs (prêtres et diacres), sous l’autorité d’un Responsable général, toujours prêtre ;
– une branche féminine de vie consacrée, sous l’autorité d’une Responsable générale ;
– et une branche de membres laïcs, mariés ou célibataires, sous la direction d’un Modérateur général et ayant ses Statuts propres.

Elle est gouvernée par un Président, homme ou femme, élu parmi ses membres consacré(e)s par une Assemblée générale, dont les délégués sont élus par tous les membres de la Communauté. Le Président travaille, entouré du Conseil général composé des Responsables des branches, dans la collégialité et la recherche commune de la volonté de Dieu et exerce son autorité dans le respect de la part d’autonomie propre à chaque branche.

 

L’Assemblée générale de la Communauté réunie en octobre 2015 a élu pour quatre ans Sr Anna Katharina Pollmeyer Présidente de la Communauté,
le Père Benoît-Joseph Raymond, Responsable général de la branche des frères, Sr Maria-Martha Kühnapfel, Responsable générale de la branche des sœurs et Anne-Emmanuelle Dixmérias, Modératrice générale de la branche laïque. Tous ont choisi un assistant ou une assistante.

La Communauté est aussi accompagnée par le Frère Henry Donneaud, o. p., Assistant apostolique nommé par la Congrégation romaine pour les Instituts de Vie Consacrée.

 

 

Votre don sera reçu par la Fondation pour le Clergé, en faveur de la Communauté des Béatitudes et les données recueillies sur le formulaire de don serviront aux communications de la Communauté des Béatitudes et de la Fondation pour le Clergé.